Sélectionner une page
Vigile pascale

Vigile pascale

    Vigile pascale

   

 « Ô nuit qui seule a pu connaître le temps et l’heure où le Christ est sorti vivant du tombeau »…
     Cette phrase de l’Exsultet, le grand chant de la proclamation de la Pâque au coeur de la nuit trouve une résonance particulière cette année. Peut-être dormirez-vous cette année, au lieu de vous rendre dans une église qui vous est chère pour chanter avec vos frères et soeurs la merveilleuse nouvelle du Christ ressuscité. Mais seule la nuit sait. Le Christ ressuscite dans la discrétion la plus absolue. Il est victorieux par son humilité. 
     Les disciples ne savent pas encore. Marie veille peut-être. La résurrection advient, mais le Christ sait qu’il faut qu’elle traverse toute l’épaisseur de notre vie pour devenir en nous vie nouvelle. La victoire est acquise dans la nuit, et le Christ se réjouit déjà en guettant le moment favorable pour venir visiter chacun de nous. 
     Que retentisse déjà la proclamation de notre foi : le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !
    

De l’Evangile selon saint Matthieu
au chapitre 28, versets 1 à 10

 

     Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre. Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige. Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent se mirent à trembler et devinrent comme morts.

 

     L’ange prit la parole et dit aux femmes :« Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait. Puis, vite, allez dire à ses disciples : ‘Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.’ Voilà ce que j’avais à vous dire. »

 

     Vite, elles quittèrent le tombeau remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit  : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Fresque de l’Anastasis
Musée de Chora, Constantinople (détail)

Sortir pour ressusciter
homélie pour la vigile pascale

   

   

Comme toujours, la liturgie nous invite à nous déplacer, mais ce soir nous n’avons pas besoin de remplir une attestation pour sortir: le déplacement à vivre est tout intérieur. Ce n’en est pas moins un vrai déplacement : avec Marie Madeleine et l’autre Marie, il nous faut sortir de nos maisons, de nos habitudes, de nos certitudes pour nous rendre vers nos tombeaux ; tous ces lieux de mort, ces lieux où un christ mort a été déposé ; tous ces lieux où le Christ n’est plus vivant et opérant en nous et pour nous.

 

    Chacun a pu rejoindre maintenant le sépulcre où « son » jésus, mort, inerte, a été déposé. Et là, comme Marie Madeleine, nous avons tendance à nous lamenter sur notre sort, sur ce temps de crise, d’épreuves et de souffrances que nous vivons ; sur ces privations qui nous sont imposées : pour nous frères et sœurs de Jérusalem : privation de travail, d’accueil, de touristes, de pèlerins, de fidèles, d’amis ou d’inconnus. Pour les fidèles laïcs : privation de travail, de relations amicales, de sorties, privation de messe, d’eucharistie, d’église pour se recueillir et prier (quelques uns, un peu moins nombreux ressentent le manque de pouvoir confesser leurs péchés). Tout semble nous manquer, tout semble vaciller, sur le point de s’effondrer (Notre Dame de Paris n’a jamais paru aussi fragile qu’aujourd’hui) et pourtant Pâques n’a pas été différée et c’est bien la résurrection de notre Seigneur Jésus qui sera célébrée par le pape dans une basilique saint Pierre étrangement vide, fermée aux fidèles. Même au saint Sépulcre fermé lui aussi, on pourrait presque entendre l’ange annoncer haut et fort : « Il n’est pas ici, car il est ressuscité comme il l’avait dit. » Cette annonce résonne-t-elle encore comme un tremblement de terre, pour nous ?

 

     « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié, il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. » Venez voir l’endroit où il reposait, déplacez-vous, approchez-vous de tous ces lieux, toutes ces habitudes, ces répétitions. Ce travail qui est devenu machinal et vécu comme aliénant ; ces relations difficiles avec ces collègues ; cette routine désormais installée dans les relations familiales ou communautaires ; ces prières dites sans cœur et sans amour, ces rites auxquels vous assistez de façon automatique et qui, au fil des années ont perdu toute saveur, toute la fraîcheur d’une bonne nouvelle qui donne la vie. Regardez bien, vous voyez qu’il n’est pas ici, qu’il n’est plus ici depuis longtemps déjà. Ne vous êtes-vous pas habitués à son absence ? Résignés à son absence ? Le tombeau est vide mais vous ne vous êtes pas approchés ; pour quelle raison ? La joie, la fraîcheur des débuts, celle de l’enfant qui s’émerveille de tout car en tout il sait découvrir le trésor de vie et de nouveauté que chaque instant contient, chaque rencontre, chaque événement contient, cette joie, ne vous manque-t-elle pas ?

 

     Jésus est vivant, il est ressuscité, mais pas ici, pas dans ces lieux de mort. C’est ailleurs qu’il doit être cherché, c’est différemment qu’il doit être cherché. Sortez, allez vous même dire à ses disciples : « il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée, là vous le verrez. »

 

     Seul l’amour peut faire sortir ces femmes du tombeau. Cet amour qui a été réveillé à l’annonce de l’ange ; cet amour qui chasse toute crainte. Seul l’amour peut les mettre en route vers leurs frères et leur annoncer cette bonne nouvelle. Seul un cœur qui aime peut croire et espérer contre toute espérance. Le cœur qui a rencontré le Seigneur Jésus cherche partout sa trace et au moindre indice, les battements de ce cœur s’emballent, rempli à la fois de crainte et d’une grande joie, il se met en route, même sans savoir ce que signifie exactement : « Il est ressuscité ».

 

     Alors qu’elles sont encore en route vers leurs frères, c’est Jésus en personne qui vient au devant d’elles et qui les salue : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

 

     La résurrection de Jésus nous propulse en avant, elle nous projette délicatement vers nos frères. Alors seulement, Jésus peut nous rejoindre, et confirmer le message de l’ange, puis il disparaît pour que nous le cherchions partout, en tout et en tous, avec nos frères. Le ressuscité nous appelle à sortir du tombeau, il nous appelle à passer de la mort à la vie, une vie qui naît quand nous décidons de mourir à nous-mêmes pour nous ouvrir à la radicale nouveauté d’un plus grand amour. La résurrection n’est-elle pas ce sel que Jésus nous demande d’avoir en nous-mêmes ? Ce sel qui s’unit et disparaît ; ce sel qui donne toute sa saveur à l’existence. La résurrection, la Vie, c’est Jésus. Et pour vivre de la résurrection, pour vivre en ressuscités, il faut accepter de se mettre en marche à sa suite ; de tout quitter pour lui, de quitter ce qui est ancien et qui ne peut que vieillir et mourir. Il faut accueillir la grâce et se laisser transformer par l’Esprit saint qui vient faire toute chose nouvelle. Il faut accepter, désirer vivre pour lui, s’oublier en lui. Il faut l’aimer, lui qui nous a aimé le premier.

 

   L’annonce peut passer par internet, par les réseaux sociaux, mais l’annonce ne peut être uniquement virtuelle : elle doit s’adresser à des frères et sœurs concrets, ceux qui sont à ma portée, dans ma maison, dans ma fraternité. Avec eux il nous faut retourner en Galilée, il nous faut tout envisager comme nouveau, redécouvrir la beauté des débuts, la promesse de vie contenue en toute chose, dans l’instant présent. Pour cela, nous devons redécouvrir une certaine forme de chasteté : apprendre à ne pas vouloir mettre la main sur les choses, sur les personnes ; réapprendre à ne pas vouloir tout maîtriser et contrôler (l’homme occidental ne fait-t-il pas actuellement la brutale expérience de son extrême finitude, de sa contingence ?). Alors seulement ce qui était voilé pourra se dévoiler, se révéler dans sa simplicité et sa beauté. Alors, au plus intime de nous-mêmes, nous pourrons percevoir la voix du ressuscité qui nous appelle à sortir. Il nous envoie annoncer par notre vie transformée, qu’il est vainqueur de la mort et qu’il nous précède et nous attend sur l’autre rive. Mettons nous en marche, il vient déjà à notre rencontre car la résurrection a déjà eu lieu.

Christ est ressuscité et il n’y a plus personne dans les tombeaux

 

De saint Jean Chrysostome
au IVe siècle

     

     Que tous ceux qui cherchent Dieu et qui aiment le Seigneur viennent goûter la beauté et la lumière de cette fête ! Que tout serviteur fidèle entre avec allégresse dans la joie de son Maître ! Que celui qui a porté le poids du jeûne vienne maintenant recevoir le denier promis ! Que celui qui a travaillé dès la première heure reçoive aujourd’hui son juste salaire : quelqu’un est-il venu à la troisième heure ? Qu’il célèbre cette fête dans l’action de grâce ! Que celui qui est arrivé seulement à la sixième heure soit sans crainte : il ne sera pas frustré. S’il en est un qui a attendu jusqu’à la neuvième heure, qu’il s’approche sans hésitation. Et même s’il en est un qui a traîné jusqu’à la onzième heure, qu’il n’ait pas peur d’être en retard ! Car le Seigneur est généreux : il reçoit le dernier aussi bien que le premier. Aussi bien, entrez tous dans la joie de votre Seigneur ! Et les premiers et les seconds, soyez comblés. Riches et pauvres, communiez dans la joie. Avez-vous, été généreux ou paresseux ? Célébrez ce Jour ! Vous qui avez jeûné et vous qui n’avez pas jeûné, aujourd’hui réjouissez-vous !

     Venez tous goûter au banquet de la foi, venez tous puiser aux richesses de la miséricorde. Que personne n’ait peur de la mort : la mort du Sauveur nous en a délivrés. Il a désarmé l’enfer, celui qui est descendu dans nos enfers ! Il l’a jeté dans l’effroi pour avoir touché à sa chair. Cela Isaïe l’avait prédit : «L’enfer dans ses profondeurs frémit à ton approche». Il a été frappé d’effroi parce qu’il a été réduit à rien ; il a été frappé d’effroi parce qu’il a été joué. Il a été frappé d’effroi parce qu’il a été mis à mort ; il a été frappé d’effroi parce qu’il a été anéanti. Il avait saisi un corps et il s’est trouvé devant un Dieu ; il avait pris de la terre et il a rencontré le ciel ; il s’était emparé de qui était visible et il est tombé à cause de l’invisible. «Mort, où est ta victoire ? Où est-il, ô mort, ton aiguillon ?»

Christ est ressuscité et te voici terrassée. Christ est ressuscité et le prince de ce monde a été jeté dehors. Christ est ressuscité et les anges sont dans l’allégresse. Christ est ressuscité et voici que la Vie déploie son règne. Christ est ressuscité et il n’y a plus personne dans les tombeaux. Oui, Christ est ressuscité des morts, prémices de ceux qui se sont endormis. À lui la gloire et la puissance, dans les siècles des siècles ! Amen.

 
Catéchèses
   

L’icône de la descente aux enfers
présente dans notre liturgie
 

   

   

    

 Pour entrer dans le mystère de la résurrection, contemplons ensemble l’icône de la Descente aux enfers appelée également Anastasis (ou Radieux Relèvement). Deux noms pour une même icône car il s’agit d’un double mouvement : la descente de Jésus aux Enfers (son enfouissement, sa kénose) mais aussi la remontée de l’humanité vers Dieu.
 
         Regardez Jésus. Situé au centre de l’icône, il est très grand par rapport aux autres personnages pour montrer son importance, comme sur le tympan de notre basilique ! Vêtu d’un vêtement blanc et or, il est au centre d’un cercle, symbole d’unité et de perfection. De couleur bleue, couleur de la transcendance, ce cercle produit une impression de profondeur, de calme, et désigne le mystère de la vie divine, de la vie trinitaire. De lui jaillissent des rayons de lumière, de vie… Jésus est le Vivant !
 
          Si vous regardez le pan du vêtement de Jésus, vous verrez qu’il flotte derrière lui, vers le haut : Jésus descend.
        Si vous regardez la main qui relève et la courbe des jambes qui confère une impulsion au reste du corps, vous verrez que Jésus est prêt à remonter au plus haut des cieux accompagné de ceux qu’il est venu chercher… et ils sont nombreux !
         En effet, de part et d’autre du Christ se trouvent Adam et Eve qu’il arrache de leur tombeau. Auprès d’eux des justes attendent le salut : à gauche, les rois David et Salomon avec leur couronne ; Jean-Baptiste désignant de ses mains tendues le Christ ; Abel le juste ; à droite, Moïse avec un bonnet phrygien à l’exemple des prophètes ; Paul portant l’évangile… Des femmes sont aussi présentes : Sarah, l’épouse d’Abraham, Judith, Esther, Ruth, etc.
 
         Aux pieds du Christ, les portes des tombeaux sont arrachées de leurs gonds. Des clés, des verrous ouverts, des chaînes gisent par terre. Le Christ a ouvert les portes des Enfers qui étaient verrouillées pour en faire sortir ceux qui y étaient enfermés. Impossible désormais de refermer ces portes, la libération est définitive !
       Dans le trou noir, un ange pourchasse de sa longue lance rouge Satan, le père du mensonge, le séducteur du premier homme, qui a deux visages, signe de son manque d’unité. Le mal est chassé, la mort est vaincue.
 
         Chers amis, en cette nuit, osons regarder le Christ qui descend dans nos nuits, dans les ténèbres de notre temps. Lui, la lumière véritable, il saisit tout homme pour le relever, pour le faire passer de l’esclavage à la liberté, des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie !
 
         En cette nuit, nous pouvons prier ensemble avec les mots de Benoit XVI : «Seigneur, aide-moi, aide-nous à descendre avec toi dans l’obscurité de ceux qui sont dans l’attente, qui crient des profondeurs vers toi ! Aide-nous à les conduire à ta lumière ! Aide-nous à parvenir au «oui» de l’amour, qui nous fait descendre et qui, précisément ainsi, nous fait monter également avec toi! Amen. »

  Que la joie de la résurrection vous rejoigne avec force et douceur !

 

  Bien fraternellement,

 

les frères et sœurs de Vézelay 

Recevoir cette lettre
par e mail

C’est possible !
Il suffit de remplir ce formulaire : 

Nouvel An à Vézelay

Une année de grâce

Dieu peut faire aujourd’hui pour nous toutes choses nouvelles !

Programme

Lundi 30 décembre

12h Messe

16h Partage biblique 

18h pres

Mardi 31 décembre

8h Laudes

10h Méditation à partir d’une œuvre d’art

12h30 Messe 

Dès 20h30 Adoration eucharistique 

22h30 Vigiles et messe 

Réveillon au presbytère

Mercredi 1er janvier

8h Laudes

11h Messe

18h Vêpres

20h15 Complies 

Jeudi 2 janvier

pas d’autre office que la messe à 18h30

Si vous souhaitez recevoir le sacrement de réconciliation,

il vous suffit de prendre contact avec un frère prêtre à la fin d’un office.

Attention : nous ne proposons pas de repas dimanche soir, lundi midi et lundi soir
Vous avez cliqué sur « envoyer » et rien ne se passe ? Vous n’avez pas rempli tous les champs obligatoires (avec une étoile*) …
Remplissez-les et envoyez votre message !

Côté pratique

Arrivée si possible
le 30 décembre avant 16h.

Mais il est possible d’arriver les jours précédents et de rester après le 1er  janvier.

Centre Sainte-Madeleine et maison saint-Bernard

par personne,
pour une nuit

Chambre individuelle
24€

Chambre double
21€ par personne

Chambre collective
18€ par personne

 

Maison Béthanie

par personne, pour une nuit

Chambre individuelle
19€

Chambre double
17€ par personne

Chambre collective
15€ par personne

Pour les repas

Petit déjeuner 3€
Déjeuner 10€
Dîner 10€

Plus de 18 ans ?

Il faut ajouter
la taxe de séjour : 0,40€
par personne et par nuit

Echanger

Echanger

Bla bla bla…. Vraiment ?

« Il y avait hier matin une lumière très douce entre nous. Nous étions « tout regard » à l’écoute les uns des autres : à l’écoute de Toi« 

Aime jusqu’au bout du feu – Frère Christophe de Tibhirine
(à propos d’une réunion avec ses frères…. sans oublier qu’il témoigne aussi dans ce journal que les échanges n’ont pas toujours été aussi faciles !)

Parler pour ne rien dire, parler sans parvenir à dire ce qu’on voudrait vraiment dire…. On en a tous fait l’expérience !

Si l’on essaie de garder le silence dans la vie monastique, c’est pour réapprendre, doucement, maladroitement aussi parfois, à laisser venir la parole vraie qui permet l’échange.

Après le repas en silence et le temps fraternel du café, nous pourrons échanger sur la Parole de Dieu. Pour essayer, ensemble, d’entendre et de partager une Parole qui nous fait vivre.

Mamans, faites une pause  !

J-4